mercredi 28 mars 2012

Les petites négligences d’Hadopi pour revendiquer un succès

A lire sur:  http://www.zdnet.fr/actualites/les-petites-negligences-d-hadopi-pour-revendiquer-un-succes-39770118.htm#xtor=EPR-100


Les petites négligences d’Hadopi pour revendiquer un succèsChiffres - Audience cumulée des sites de streaming et téléchargement direct non prise en compte, représentation graphique plus favorable, sources partisanes… Si Hadopi et Nicolas Sarkozy revendiquent un succès « indiscutable », ce bilan est en réalité sujet à débat.
Voilà un bilan qui tourne à l’exercice d’autocongratulation (et politique), une pratique souvent de rigueur en campagne électorale. Sans beaucoup de nuances, et en s’appuyant sur des sources dont l’impartialité est très contestable, la Hadopi s’est octroyée un satisfecit.
Instigateur de la riposte graduée, Nicolas Sarkozy a accueilli avec satisfaction les conclusions de la Haute autorité, qualifiant les résultats obtenus de « remarquables », et le bilan « d’indiscutable ». La présidente de la Hadopi est tout aussi dithyrambique dans une interview accordée à L’Expansion.
La Hadopi se trompe sur le report d'audience vers le streaming
« On constate que l'action est efficace. D'autant plus que les études d'audience sur les sites de streaming et de téléchargement direct montrent que le report du piratage vers ces sites n'est pas prouvé, car les usages sont stables » déclare-t-elle ainsi.
Problème, pour aboutir à cette conclusion, Hadopi se limite à un comparatif entre décembre 2010 et décembre 2011 sur un panel réduit de sites Internet. Or, remarquait ZDNet.fr, une mesure de l’audience cumulée aurait été plus pertinente. Et c’est d’ailleurs l'approche retenue par l’autorité pour évaluer le recul du P2P.

Contrairement à la Hadopi, Lefigaro.fr a cherché à estimer cette audience cumulée. Et nos confrères parviennent à un constat bien différent. En effet, les sites de streaming et de téléchargement direct ont bien vu leur audience progresser.
« Les courbes du P2P et du streaming se sont en fait croisées entre août et septembre 2010, un mois avant l'envoi des premiers mails d'avertissement de l'Hadopi. Ce qui laisserait cette fois penser que les Français se sont détournés du peer-to-peer pour le téléchargement direct et le streaming » observe le Figaro.fr (même si comme pour le P2P, cette tendance avait été amorcée avant la riposte graduée et s'est donc maintenue, par effet d'encouragement ou non de l'action d'Hadopi))
Une précédente évaluation déjà ébranlée
Non seulement Hadopi a négligé cette source d’information Mediametrie, mais elle a aussi opté pour une représentation graphique plus flatteuse de la progression de l’offre légale, et illustrer l’effet bénéfique de son action sur ce plan.
« Pour établir ce graphique, l'Hadopi a cependant choisi d'adopter une échelle logarithmique qui écrase les variations entre les sites et amplifie l'audience des petites plates-formes (Deezer est bien plus éloigné d'iTunes dans la réalité). Sur une échelle linéaire, plus classique, les écarts entre les gros sites sont plus nets et les hausses des petits sites quasi anecdotiques » relèvent nos confrères.
Quelques semaines plus tôt, c’était l’IFPI qui s’était essayé à l’exercice périlleux d’une évaluation de la riposte graduée. Favorable à ce système, l’industrie musicale parvenait à des conclusions favorables quant à l’action d’Hadopi.
Une autre lecture, du Monde.fr, établissait que la hausse des ventes de titres sur iTunes en France était aussi corrélée aux ventes d’iPhone, avec des pics lors des lancements de nouveaux modèles.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire