mardi 27 mars 2012

SFR : Jean-Bernard Levy remplace Franck Esser comme PDG de l'opérateur (màj)

Mise à jour : Le suspense n'aura pas duré longtemps et Vivendi vient de confirmer le départ de Franck Esser du siège de PDG de sa filiale SFR. Ce dernier, qui a « quitté ses fonctions » explique le communiqué de presse, est remplacé au pied levé par Jean-Bernard Levy, qui conserve en parrallèle son poste de président du directoire de Vivendi. La firme ne précise pas si cette situation est temporaire ou non.

Franck Esser SFR
Franck Esser devant les députés, en février
Selon des informations obtenues par Le Figaro, Franck Esser, le PDG de SFR depuis 2000, serait actuellement sur le départ. La fuite de 200 000 clients de l'opérateur depuis l'arrivée de Free Mobile pourrait en être la cause.

Après les menaces d'Orange à l'encontre du contrat d'itinérance passé avec Free Mobile, le quatrième opérateur est encore une fois cité dans une affaire mettant en scène la concurrence, en l'occurrence SFR. En effet, Le Figaro annonce lundi matin que Franck Esser, PDG de l'opérateur mobile en poste depuis 12 ans, serait actuellement sur le point d'être remplacé.

L'expression « sur le départ » utilisée par le quotidien ne laisse pas transparaitre s'il s'agirait d'une démission ou d'un départ forcé, mais la récente annonce évoquant une perte de 200 000 abonnés de l'opérateur suite à l'arrivée de Free Mobile en janvier dernier pourrait avoir pesé dans la balance. Selon Le Figaro, SFR réfléchirait « non seulement à baisser les tarifs, mais à réorganiser ses offres marketing, repenser son modèle économique et son organisation. » Dans un communiqué envoyé lors de l'annonce de ses résultats financiers de 2011, SFR annonçait s'attendre à une baisse de 12 à 15% de son résultat brut d'exploitation en 2012, résultat direct de la forte pression concurrentielle actuellement présente sur le marché mobile.

Franck Esser, qui s'était déclaré fin janvier « choqué par la violence des propos de Xavier Niel » à l'encontre des opérateurs concurrents, pourrait donc faire partie des premiers dommages collatéraux résultant de l'arrivée du quatrième opérateur sur le marché français, à l'heure où Free Mobile est toujours au cœur de débats virulents.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire