mardi 13 mars 2012

Le projet de plate-forme mobile de Mozilla séduit les opérateurs mobiles

13/03 | 07:00 | Solveig Godeluck

La fondation à but non lucratif, qui a créé le navigateur Firefox pour que le Web reste ouvert, veut appliquer le même remède à l'Internet mobile. « Boot to Gecko » sera une alternative à Apple, Google et Microsoft.

Ecrit par
Solveig GODELUCK
Solveig GODELUCK
Ses 3 derniers articles
Il n'y a pas d'avenir hors du mobile. C'est en faisant ce constat l'été dernier qu'un ingénieur allemand de la fondation Mozilla, basée en Californie, a lancé un projet de nouveau système d'exploitation mobile qui intéresse prodigieusement les opérateurs télécoms. Telefonica a même annoncé en février à Barcelone qu'il proposerait dès cette année à ses clients d'acheter des mobiles équipés de la future plate-forme. Elle a pour nom de code « Boot to Gecko », en référence à Gecko, le « moteur » qui fait tourner le navigateur web Firefox sur les ordinateurs (27 % du marché en Europe).
« Le mobile est un environnement beaucoup plus intégré que l'ordinateur, explique Tristan Nitot, de Mozilla France. Le matériel, le système d'exploitation, la boutique d'applications ne font qu'un. Pour que Firefox soit pertinent demain, nous devons aussi avoir notre système d'exploitation mobile. » Faute de quoi, les silos que bâtissent Apple, Google, Microsoft dans ce nouvel univers auront raison de l'ouverture si chère aux internautes. « On voit arriver des choses dans le mobile qui nous rappellent l'approche centralisée d'AOL ou de Microsoft Network : on construit une sorte de centre commercial, puis on décide qui va pouvoir y ouvrir sa boutique, quelle voiture aura le droit de circuler, et on vous fait payer le parking », s'alarme Tristan Nitot.
Ainsi, Google maîtrise à la fois le système d'exploitation des appareils mobiles (Android), la navigation (Chrome) et les applications (Play Store). Le géant des moteurs de recherche, qui distribue gratuitement sa plate-forme mobile, exige qu'un nombre croissant de ses propres applications (Maps, Earth, etc.) soient préinstallées sur les terminaux Android. Google est en outre en train de racheter le constructeur Motorola. Microsoft est aussi en train d'édifier sa propre « verticale » à l'aide de Nokia. Google et Microsoft imitent le modèle intégré d'Apple. Cela effraie les équipementiers, qui croyaient demeurer libres en adoptant Android ou Windows Phone. Quant aux opérateurs télécoms européens, ils assistent impuissants à l'ascension de géants du Web américains dans les télécoms -des géants prêts à fondre sur leurs marges.
Pour éviter que le Web ne rétrécisse, la Fondation Mozilla, un organisme à but non lucratif, avait créé des logiciels compatibles avec le plus grand nombre d'équipements et basés sur les langages ouverts du Web : HTML, CSS, Java Script. Elle veut réitérer l'expérience dans le mobile, souligne Tristan Nitot : « Notre plate-forme, c'est le Web. Au lieu de recréer un écosystème que nous dominerions, nous nous appuyons sur les normes communes » -que l'on regroupe pour faire vite sous le vocable de HTML 5. Boot to Gecko c'est un noyau Linux, sur lequel se greffe Gecko, puis une interface utilisateur qui peut être, au choix, celle de Mozilla (Gaia) ou celle du constructeur partenaire.

Market Place en chantier

Pour compléter l'offre mobile, Mozilla a également mis en chantier une boutique d'applications (Market Place), qui sera disponible sur tous les systèmes d'exploitation, et un système de gestion de l'identité numérique (Persona) qui pourrait être la porte d'entrée sur le Web des internautes souhaitant acheter des applications sans vendre leurs données privées à n'importe qui.
Pour l'instant, Mozilla, qui est une fondation de moins de 700 employés avec un budget annuel de 120 millions de dollars, s'est lancée avec peu de partenaires. Outre Telefonica, l'allemand T-Mobile et le fabricant de semi-conducteurs Qualcomm ont contribué au développement de Boot to Gecko. Mais d'autres semblent très intéressés. «  Les opérateurs qui s'étaient jetés sur Android pour échapper à Apple réalisent leur erreur, souligne Tristan Nitot. A Barcelone, ils sont tous venus nous voir, la demande a été inouïe ! » Les membres de l'Euro 5 (ex-« G5 » : Telefonica, Deutsche Telekom, Orange, Telecom Italia, Vodafone) en discutent entre eux de façon informelle. Eux aussi sont partisans de l'ouverture, mais cela fait des années qu'ils travaillent sur des normes interopérables sans qu'on en voie jamais la couleur (RCS, WAC...). Pour les opérateurs, la réponse à la menace des géants du Net pourrait venir d'un authentique acteur du Web.
Solveig Godeluck
http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/tech-medias/actu/0201941168537-le-projet-de-plate-forme-mobile-de-mozilla-seduit-les-operateurs-mobiles-301021.php?xtor=EPR-1500-[la_une_matin]-20120313-[s=461370_n=3_c=304_]-409905656@1
 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire