lundi 29 août 2011

Ultrabook : une nouvelle race d'ordinateurs portables

Après les notebooks, les netbooks et les tablettes, nous devrions voir débarquer d'ici la fin de l'année, les premiers ultrabooks sous l'impulsion d'Intel qui explique qu'il sera le fruit du mariage entre puissance et finesse. Décidé à tout faire pour aider l'environnement PC à rattraper son retard sur le monde Apple, Intel vient de créer un fonds d'investissement fortement doté. Pour autant, le fondeur a décidé de ne pas suivre la demande des fabricants qui demandaient une baisse de prix des CPU de 50 %.


Des PC portables tout en finesse et en légèreté qui sont censés offrir la puissance d'un véritable ordinateur portable avec la mobilité, la compacité et la simplicité d'utilisation d'une tablette. Des terminaux particulièrement économes en énergie qui chaufferont beaucoup moins que les PC portables traditionnels et qui assureront surtout une longévité accrue.

Voilà pourquoi Intel planche d'arrache-pied sur ses nouveaux processeurs Ivy Bridge gravés en 22 nm et leurs transistors en 3D (Tri-Gate). "Jusqu'à présent, si vous vouliez un ordinateur design, vous étiez obligés d'acheter un Mac" a expliqué Greg Welch, Directeur du groupe Ultrabook chez Intel, "Mais il y a des gens qui aimeraient bien avoir un PC du même acabit". Il y a certes des PC portables sous Windows relativement minces, mais aucun ne possède la finesse du Macbook Air (17 mm d'épaisseur à l'endroit le plus fin). Avec ses Ultrabooks, Intel devrait réussir à concevoir des portables de moins de 21 mm d'épaisseur, capables d'être opérationnels en sept secondes, voire moins.

Intel a donc revu sa feuille de route et abaissé la consommation électrique moyenne de ses puces de 35-40 watts à 15 watts seulement. Une nécessité pour rester compétitif et continuer à fournir Apple en processeurs.

Que seront ces Ultrabooks ?

Lors du dernier salon Computex de Taipei, Intel présentait ses futurs sésames pour la mobilité. Et en particulier les Ultrabooks, sa nouvelle gamme de terminaux hybrides nomades " réunissant les performances d’un ordinateur portable et les atouts structurels d’une tablette ". " Le juste et efficace compromis pour une expérience mobile toujours plus enrichie à travers des portables au design plus que jamais ultra avec une épaisseur de la coque inférieure à 2 cm et un poids ne dépassant guère 1 kg ".
Skyscraper-ad
port Design


Grâce notamment à la présence de nouveaux cœurs d’exécution ULV (pour Ultra Low Voltage) basés pour la première fois sur les processeurs Intel Core de deuxième génération (nom de code Sandy Bridge), les fonctionnalités visuelles seront accrues, l'autonomie de la batterie rallongée, la sécurité renforcée.... Une première étape avant la sortie en 2012 des processeurs Intel Core Ivy Bridge (nom de code) qui rejoindront eux aussi les Ultrabooks avec leur nouvelle finesse de gravure en 22 nanomètres et leurs transistors en 3D (Tri-Gate).

Pour favoriser le développement d'une offre plus conséquente, le géant américain a parallèlement créé un fonds d'investissement de 300 millions de dollars dédié au développement de cette nouvelle race d'ordinateurs portables. Cet argent sera investi dans des sociétés fabriquant des composants ou des logiciels pour Ultrabooks.

Pour autant, face à la demande pressante des fabricants de PC désireux de commercialiser rapidement des Ultrabooks, Intel n'a pas cédé... complètement. Au lieu des 50 % de réduction demandés pour améliorer leur profitabilité, le fondeur n'est prêt à consentir que 20 % de baisse de prix sur les CPU. Selon Digitimes, la réduction de 20 % accordée aux fabricants les plus influents permettrait à ces derniers d'acéquérir les Core i7-2677 à 317 dollars, les Core i7-2637 à 289 dollars et les Core i5-2557 à 250 dollars.

D’ici la fin 2012 (et même si les Ultrabooks ne seront disponibles qu’à la fin de cette année), Intel prévoit le passage de 40% des ordinateurs portables grand public à cette catégorie.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire