mercredi 12 février 2014

Zones enclavées et rurales : la 4G en remplacement de la fibre ?

A lire sur: http://www.zdnet.fr/actualites/zones-enclavees-et-rurales-la-4g-en-remplacement-de-la-fibre-39797191.htm

Stratégie : Orange mène depuis plusieurs mois des tests dans trois cantons tandis que Bouygues Telecom va mener des expérimentations dans cinq villages alpins.

L'ambition du gouvernement est claire : offrir le très haut débit à tous, en tout cas au moins 30 Mb/s, à l'horizon 2022. Mais si la fibre optique a longtemps fait figure de technologique star pour ces déploiements, la réalité du marché et des contraintes financières et techniques ont forcé le gouvernement a revoir sa copie.
Il devient clair que le FTTH (fibre jusqu'à l'abonné), s'il reste la priorité, ne constitue plus la règle. "Rien n'est figé car les évolutions technologiques offrent de nouveaux choix", soulignait il y a quelques mois Antoine Darodes, directeur de la mission du Plan France Très Haut Débit.
Le 'mix technologique' sera donc bien plus important que prévu et l'on commence à évoquer des technologies "intermédiaires", plutôt que "complémentaires" afin d'accompagner le long calendrier du déploiement FTTH. Il ne s'agit donc plus de compléter la fibre géographiquement comme on pouvait le penser au départ mais chronologiquement.
1% à 9% de la population concernée
Outre le VDSL2, la montée des débits qui ne concernera au maximum que 16 % des foyers français, soit 5 millions d'abonnés ou le satellite, les technologies radio comme la 4G seraient également au centre e la réflexion du gouvernement et des opérateurs.
Selon Les Echos, Bouygues Telecom et Orange mènent des tests depuis l'an dernier sous l'égide du comité de pilotage du plan France très haut débit. L'opérateur historique multiplie les expérimentations dans trois cantons situés dans les Pyrénées-Orientales, les Ardennes et le Gers et un réseau à vocation fixe sera allumé dans le mois.
Bouygues Telecom de son côté va mener ses tests dans cinq villages alpins à partir de février. Rappelons que le numéro trois français propose déjà aux entreprises notamment mal couvertes par l'ADSL, une connexion très haut débit fixe à travers un routeur 4G.
Concrètement, cette 4G à défaut de fibre serait capable de faire transiter la voix et Internet. La télévision serait apportée par la TNT. Notre confrère avance que cet accès 4G concernerait entre 1% et 9% de la population... Pas de quoi parler d'alternative à grande échelle.
Par ailleurs, techniquement, la 4G manquerait d'efficacité pour le très haut débit fixe. "C'est une erreur car le LTE mobile ne fonctionnera pas aussi bien que l'ADSL. Le LTE tel que nous le connaissons est taillé pour le mobile, pas le fixe. Ce n'est pas viable avec six écrans connectés en moyenne dans les foyers",expliquait à ZDNet.fr, David El Fassy, p-dg d'Altitude Infrastructure.
Rappelons que ce dernier soutient une autre technologie radio haut débit, le WiMax, technologie qui n'a jamais eu le succès escompté.
"Il est évident qu'on verra les technologies radio se poser en complément, au moins pendant cinq ou six ans", poursuit le responsable. "D'autant plus qu'une extinction du cuivre demeure encore une perspective assez opaque".

Aucun commentaire:

Publier un commentaire