mardi 22 octobre 2013

Le rapport Lauvergeon préconise de miser sur le Big Data

A lire sur:  http://www.linformaticien.com/actualites/id/30651/le-rapport-lauvergeon-preconise-de-miser-sur-le-big-data.aspx

Vendredi, Anne Lauvergeon a rendu un rapport au président François Hollande, dans le cadre de la commission Innovation 2030. Sept priorités sont présentées, dont « la valorisation des données massives » et parallèlement, l’open data.  La mission confiée à l’ex-dirigeante d’Areva, Anne Lauvergeon (ci-contre), n’était pas des plus simples : mettre sur pied une stratégie pour la France à l’horizon 2030. Rien à voir avec les devoirs de vacances auxquels avaient dû se soumettre tous les ministres pendant l’été. Il s’agit d’être concis, clair, et de dégager les secteurs d’avenir qui assurerons à la France « prospérité et emplois ».
Le rapport, rendu vendredi au Président de la République, dégage 7 priorités :
  • Le stockage de l’énergie,
  • Le recyclage des matières : métaux rares,
  • La valorisation des richesses marines : métaux et dessalement de l’eau de mer,
  • Les protéines végétales et la chimie du végétal,
  • La médecine individualisée,
  • La silver économie, l’innovation au service de la longévité,
  • La valorisation des données massives (Big Data). 
C’est donc ce septième point qui nous intéresse ici, qui contient également l « des développement de données d’intérêt général comme les statistiques en tous genres détenues par les pouvoirs publics », c’est-à-dire l’open data. Toutefois, c’est bien ici « l’exploitation de ces données massives » qui est décrite dans le rapport, dans plusieurs types de projets (smart cities, smart grid, etc.). L’exploitation de ces données est donc un « enjeu primordial » pour les entreprises françaises mais pas seulement : « ce secteur comporte aussi des enjeux de souveraineté sur les données, de sécurité nationale (cyber sécurité) et d’exploitation de ce potentiel dans l’administration », peut-on lire dans le rapport.
Anne Lauvergeon rappelle que la France compte déjà dans ses rangs des ingénieurs généralistes de talents, mais aussi des pépites (Parrot et Withings pour l’internet des objets, ou encore Criteo dans la pub, etc.) ainsi que des réels leaders  (Dassault Systèmes, Gemalto, Ingenico, Morphosytèmes,…). Toutefois, la France fait aussi face à des difficultés rappelle-t-on, qui ne lui sont pas forcément propres. Il faudra inventer des solutions innovantes et trouver des modèles économiques viables. « La question de l’accès au financement pour la croissance des entreprises du secteur est ainsi fondamentale ».

5 leviers d’action

Le rapport ne se contente pas de dresser un tableau de la situation car il propose également cinq leviers d’actions qui pourraient placer la France comme un leader technologique.
  1. Commencer par ouvrir les données publiques rendues anonymes, comme on le fait en Grande-Bretagne et dans une moindre mesure, en France avec le portail open data. Le but : ouvrir ces données dans tous les secteurs comme la santé, l’énergie, les transports, etc. 
  2. Lancer des programmes de valorisation par licence de cinq « stocks » de données massives dont l’analyse pourra apporter une plus-value à l’ensemble de notre société : Pôle emploi, la Sécurité sociale, l’éducation nationale et enseignement supérieur ainsi que les aides à la valorisation du patrimoine touristique. 
  3. Création d’un « droit à l’expérimentation » car « l’usage des données est sectoriel et demande une approche au cas par cas ». 
  4. Créer un centre de ressources technologiques dédié pour abattre les barrières à l’entrée et réduire le time-to-market des jeunes pousses. 
  5. Renforcer les capacités à l’export des PME pour ne pas rester dans le marché trop enclavé franco-français, « trop limité pour assurer une croissance à long terme ».  

Aucun commentaire:

Publier un commentaire