jeudi 22 décembre 2011

Nokia, Microsoft et Amazon lorgnent sur RIM

Les grands fauves tournent autour de l’animal blessé qu’est désormais le fabricant des Blackberry. Il y a fort à parier que le constructeur canadien aura perdu son indépendance en 2012, sous peine de disparition.
Nous vous relations voici quelques jours la descente aux enfers de RIM, le constructeur des Blackberry. Cette situation difficile se trouve aujourd’hui confirmée par différentes rumeurs de rachat. Ainsi le Wall Street Journal fait était d'un « flirt » entre Nokia et Microsoft d’un côté et le constructeur canadien de l’autre. Bien que la nature des discussions demeure informelle et totalement non officielle, nos confrères font état de discussions entre les principaux cadres des trois entreprises. Les dirigeants de RIM se sont empressés de déclarer qu’ils ne commentaient « ni les rumeurs ni les spéculations » mais ont toutefois rappelé que Microsoft et RIM avaient signé un partenariat dans le courant de l’année autour du Cloud Computing.
Aussi, si l’hypothèse d’un rachat se faisait jour, on pourrait parfaitement imaginer que Microsoft s’empare de la partie logiciels et infrastructures pendant que Nokia récupérerait les différents périphériques. Notons d’ailleurs que plusieurs analystes ou investisseurs ont suggéré cette solution à RIM, à savoir se débarrasser de la fabrication des terminaux pour se concentrer sur le réseau et les services. En revanche, dans le dépeçage de RIM entre Microsoft et Nokia, d’autres analystes voient également le prélude à un rachat de Nokia par Microsoft comme nous l’évoquions également voici quelques jours dans cet article.

S’en sortir seul


En l’état actuel, RIM essaie plutôt de s’en sortir seul et a approché différents constructeurs de terminaux comme Samsung et HTC afin que ces derniers utilisent sous licence le prochain système d’exploitation QNX, racheté l’année dernière, dans leurs nouveaux modèles, RIM s’inspirant ainsi de ce que fait Google avec son système Android.  En parallèle, la direction bicéphale a conscience que son fonctionnement n’est pas optimal et une initiative de nouvelle gouvernance devrait être prise dans les prochaines semaines. Toute la question est de savoir si les deux dirigeants actuels ne seront pas débarqués avant par le conseil d’administration qui pourrait commencer à se lasser. Et ces approches susciteront-elles un quelconque intérêt ? On peut légitimement en douter.
Enfin, nos confrères de Reuters déclarent ce matin que Microsoft et Nokia ne sont pas les seuls prédateurs sur le dossier. Amazon aurait manifesté son intérêt durant l’été dernier et aurait mandaté une banque pour étudier un rachat ou une fusion entre les deux entreprises. Toutefois aucune offre concrète n’aurait été pour le moment formulée.
Si l’on prend en compte que l’entreprise a perdu 77% de sa valeur boursière durant les 12 derniers mois et ne pèse plus que 7 milliards de dollars contre plus de 140 voici 3 ou 4 ans,  il est évident que des décisions – quelles qu’elles soient – doivent et vont être prises dans les prochaines semaines.  Il en va désormais de la survie de RIM et des Blackberry.

http://www.linformaticien.com/actualites/id/22795/nokia-microsoft-et-amazon-lorgnent-sur-rim.aspx

Aucun commentaire:

Publier un commentaire