samedi 24 décembre 2011

La tablette : un outil entre-deux, pour faire les choses à moitié ?

Par Elie Chevignard, le 23 décembre 2011
La tablette : un outil entre-deux, pour faire les choses à moitié ?
Noël sera pour moi l’occasion de me délester d’un objet inutile : ma tablette. Je l’offrirai à quelqu’un qui je l’espère, saura trouver une utilité à ce gadget qui fut la coqueluche de 2011. Comme on l’encense toujours, voici un petit article pour compenser. D’avance, excusez donc l’auteur de ce billet d’humeur qui ne vise pas l’objectivité (quoique, si en fait).
Pour rappel, la promesse pour 2011 était la suivante :
Plus de la moitié des ordinateurs ne seront plus des ordinateurs !
À la clé, le remplacement de nos bons vieux PCs par des outils tels que les smartphones et les tablettes ? Non, pas du tout, ces derniers étaient seulement censés « compléter » notre panoplie high-tech, pas plus. La question est donc : en cette fin d’année, quel bilan pour ce format bâtard qu’est la tablette ? Parmi le reste, a-t-il trouvé sa place et son utilité, franchement ?

Une utilité pas évidente

Si je pose la question, c’est parce que pour les smartphones, la réponse parait claire. Prenez un iPhone ou l’un des derniers Samsung : c’est utile et c’est un outil de tous les jours avec lequel on parcoure ses emails, ses flux RSS, son flux Twitter, son Facebook, etc. Cela à tout moment : ça tient dans la poche. Accessoirement, on dégaine aussi les photos et les vidéos sur le vif, n’importe quand : très pratique ! Bref, pas besoin de se creuser la tête pour visualiser la valeur ajoutée d’un bon smartphone.
Par contre la tablette… Ayant eu une Samsung Galaxy Tab 10.1 de septembre à décembre, j’ai eu tout le loisir de chercher à quoi elle pouvait servir… mais je n’ai pas vraiment trouvé. Enigme non-résolue à ce jour !

7 raisons pour expliquer l’inutilité des tablettes

  • I- Ça ne tient ni dans la poche, ni dans la main : beaucoup de gens ne font que parader avec leur tablette. Je pense par exemple à ces touristes japonais qui déambulent autour du Louvre avec un iPad2 qui a remplacé leur appareil photo. À part montrer que l’on possède ce gadget, quelle utilité franchement ?
  • II- Le clavier trop grand et trop petit : ce n’est pas de la mauvaise foi. Je vous assure qu’on tape plus vite sur un ordinateur et sur un iPhone, plutôt que sur une tablette. Une partie des doigts sont bloqués pour tenir l’outil tandis que les touches sont tout de même assez grosses et éloignées les unes des autres. Pris dans le sens de largeur ou de la hauteur, rien n’y fait : c’est galère.
  • III- La navigation web : un cauchemar. Encore une fois, l’utilisateur est victime de cet entre-deux : on peut à peu près naviguer sur des sites normaux mais on est systématiquement redirigé vers des sites mobiles tous pauvres. Il faut repasser en manuel sur le site normal, encore et toujours (on doit pouvoir éviter ça, mais comment ?). Ajoutez à cela la confusion créée par Google et sa fonction auto-search qui se réactive tout le temps et ça y est, c’est tout à fait inutilisable (sauf si on a du temps à perdre, bien sûr).
  • IV- On ne peut pas fermer les applis (Samsung Galaxy Tab 10.1): je n’y croyais pas au début. Qu’est-ce que les ingénieurs avaient dans la tête ? Pouvoir fermer une appli autrement qu’en redémarrant, était-ce vraiment quelque chose d’insurmontable pour eux ?  
  • V- Même au niveau batterie, ça ne fait pas rêver : en effet, pas plus d’autonomie qu’un Netbook. Une utilisation de la 3G ou même du wifi vous amènera à recharger tous les jours.
  • VI- Les photos sont floues : ben oui, ça ne tient pas dans la main, donc on bouge. C’est mécanique.
  • VII- Les réseaux sociaux, une catastrophe : qui dit mobilité dit Twitter, Foursquare et même un peu Facebook non ? Pour une utilisation un peu poussée avec de la veille de hahstags avec plusieurs comptes, oubliez. C’est juste mal fait,  je ne peux pas avoir mes petites colonnes d’alertes bien propres, sur lesquelles j’agis en 2 secondes.
  • BONUS, je pourrais continuer : oui, car le but des tablettes n’est pas d’être utile. Elles ne sont pas là pour remplacer quoi que ce soit, elles sont là pour assaisonner l’équipement du geek. C’est seulement en remplissant cette fonction qu’elles font des heureux, ces tablettes !

7 usages (8-1) à côté desquels je suis passé

Sentant que l’on risque de me reprocher mon manque d’objectivité, intéressons-nous à ce que disent les études ! Celle-ci fut réalisée par Google. Voici le top des usages sur tablette : qu’ai-je loupé par rapport aux autres utilisateurs ?
  • I- Faire des sudokus : effectivement, voici un usage que je n’ai pas testé. Mais à la fois ça ne m’intéresse pas et cela confirme l’inutilité intrinsèque de ce support. Par contre je suis d’accord pour lui reconnaître une valeur ludique.
  • II- Chercher de l’information : tout à fait, ce fut l’une de mes premières activités car moins on trouve, plus on cherche. C’est mathématique : sur une tablette on passera beaucoup de temps à chercher !
  • III- Envoyer des emails orthographiés comme Frédéric Lefèbvre : ça c’était assez drôle, mais c’est une expérience dont j’aurais pu me passer.
  • IV- Lire les news : OK, là-dessus c’était top, surtout le Google Reader.
  • V- Le Social Networking : cette 5ème position confirme ce que j’énonçais plus haut, mal pratique au possible pour cette activité. Pourtant, une tablette devrait être conçue autour de ça : cela devrait être l’usage numéro un, haut la main !
  • VI- Les vidéos, la musique :   je préfère le cinéma, les écrans géants, mes vinyls ou le mieux qu’apporte une carte son digne de ce nom.
  • VII- Lire des e-books : franchement avec le Kindle à 100 euros, avec ses 30 jours de batterie… Du coup, même l’appli Amazon n’est pas top.
  • VIII- Shopping en ligne : essayé, pas réussi. À part avec Amazon bien-sûr (pas de numéro de carte à saisir par exemple), mais même là, ça reste vraiment plus simple sur PC.
  • BONUS non-répertorié : le porno.  Il ne figure pas dans l’étude. Et je suis aussi passé à côté alors que si l’on en croit les commentaires de cet article du Hufftingon Post, ce serait l’utilisation numéro 1 mais non-avouée. Peut-être parce qu’on peut emmener cet écran aux toilettes, un lieu qui semble tendance ?

Conclusion

Si je pensais vraiment tout ça et que je n’avais pas un peu mobilisé ma mauvaise foi, je n’aurais pas offert ma tablette, je l’aurais revendue. Cependant, je ne suis pas près de m’en racheter une et à quelqu’un qui penserait à faire ce type d’acquisition je dirais : c’est cool, si tu recherches un gadget, pas si tu veux un outil.
Je me permets de conclure mon propos par cette citation de Baudrillard (La société de consommation, 1974) :
Le gadget se définit en fait par la pratique qu’on en a, qui n’est ni de type utilitaire, ni de type symbolique, mais ludique.

http://fr.locita.com/apple/ipad-apple/la-tablette-un-outil-entre-deux-pour-faire-les-choses-a-moitie/

Aucun commentaire:

Publier un commentaire