dimanche 15 juin 2014

ETES-VOUS PRÊT POUR L’ÈRE DIGITALE?

A lire sur: http://www.itone.lu/article/etes-vous-pret-pour-l-ere-digitale

03-Jun-2014
En avril 2013, Econocom annonçait son nouveau plan stratégique 20132017, baptisé Mutation, et qui doit lui permettre de doubler de taille en 5 ans en devenant le pionnier européen de l’intégration technologique et financière de solutions digitales. Ce 27 mai, la société organisait au Cercle Cité de Luxembourg une conférence destinée à révéler aux décideurs ICT l'originalité et la force d'une entreprise qui intègre maîtrise technologique et innovation financière. Benoît Rousseaux, Administrateur d’Econocom PSF SA, Marco Stacchiotti et JeanPierre Servais, Directeurs de la filiale luxembourgeoise, appuyés par les principaux responsables des activités numériques du groupe, ont présenté à cette occasion l'éventail des expertises numériques du groupe.

Digital as a Service
Le groupe européen, qui a réalisé en 2013 un chiffre d'affaires de 1,77 milliards €, est présent au Luxembourg depuis 25 ans. Econocom PSF S.A. déploie ses activités auprès des plus grandes entreprises de la place ainsi que dans divers secteurs de l'économie: industrie, finance, assurance, administration, santé, etc. La société luxembourgeoise développe aujourd'hui l'axe stratégique des Managed Services pour répondre aux besoins métiers de ses clients.

"Pour accélérer l’intégration du digital au cœur des stratégies métiers des entreprises, Econocom construit des solutions verticales adaptées aux défis que rencontrent ses clients. Grâce à la combinaison de ses expertises en approvisionnement, en services informatiques et télécoms et en gestion administrative et financière des actifs numériques, Econocom se profile comme un partenaire de référence des entreprises pour leurs solutions métiers facturées 'as a Service'", précise Benoît Rousseaux.

Un écosystème de Trusted Data
Pour Jean-Paul Zens, Premier Conseiller de Gouvernement, invité par Econocom à exprimer la vision des autorités luxembourgeoises, l'hypothèse de travail sur laquelle se basent les pouvoirs publics est de réussir à transférer l'image de confiance qu'a acquis le secteur financier vers l'écosystème des données sensibles et de développer ainsi un "branding des Trusted Data". Le Luxembourg a certes réussi à concentrer sur son sol une part conséquente de l'offre mondiale de Data Centres Tier IV. Pourtant, "l'avenir n'est pas dans le béton, mais dans l'encryptage des données". L'Université du Luxembourg et les centres de recherche concentrent aujourd'hui leurs efforts sur la R&D en matière de sécurité des données mais, pour gagner en rapidité et en agilité, il importe de développer la formation et "d'améliorer l'efficacité du cycle d'importation des compétences au Luxembourg".

Ingénierie régulatoire
L'expertise acquise par le Luxembourg en "ingénierie régulatoire" est un atout à exploiter lorsque l'on aborde "le droit applicable aux données appelées à migrer continuellement" au gré des coûts énergétiques ou des facteurs d'efficience, poursuit M. Zens. "La Commission européenne travaille à de nouvelles règles de protection des données, ce qui est un vrai défi face à des entités qui peuvent bénéficier d'un espace juridique unique, comme les Etats Unis par exemple". Si le Luxembourg parvient à "combiner la technologie et le droit" pour offrir aux entreprises des conditions de sécurité supérieures celles proposées par d'autres places, "le pari sera presque gagné". C'est la raison pour laquelle les autorités poussent à la création de centres interdisciplinaires où informaticiens et juristes travaillent de concert.

Des défis complexes qui sont autant d'opportunités
"Pour rester compétitif", ajoute-t-il, le Luxembourg doit se doter des moyens d'un traitement fiscal intelligent de la valeur ajoutée créée par les données. "Les pistes existent, il faut maintenant les développer". En outre, lorsque de nouvelles règles en matière de "privacy" seront en place, les entreprises seront confrontées à un  phénomène "d'interpénétration entre régulation financière et protection de la vie privée", par un effet cumulatif des règles appliquées par deux régulateurs, avec les risques "de conflits et de chevauchements" que cela implique. Ce défi complexe représente aussi une énorme opportunité pour le Luxembourg, "si nous réussissons à rapprocher nos régulateurs" et à échanger nos savoirs et nos moyens "à travers des partenariats public-privé", conclut Jean-Paul Zens.

Une entreprise ambitieuse ...
"Le monde devient digital. Econocom doit faire sa mutation!", affirme Christophe Vanmalleghem, Directeur Général Adjoint Groupe Services, et membre du Comité exécutif d'Econocom. "Dans ce monde numérique, où tout s'achète sous forme de services, nos clients doivent répondre de plus en plus rapidement aux changements qui s'opèrent sur leurs marchés", précise-t-il.

Connaître l'écosystème de ses clients est la clé pour qu'Econocom soit à même de leur proposer des solutions pertinentes. En étendant son offre de services, en capitalisant sur son expertise en ingénierie financière et en verticalisant son approche, le groupe entend bien prendre une place conséquente dans l'économie numérique, porté par sa capacité à conjuguer l'intégration technologique et le financement de solutions digitales.

Pour atteindre ces objectifs ambitieux, Econocom se doit d'acquérir une taille critique dans les services. Le plan stratégique mis en œuvre par l'entreprise devrait lui permettre de doubler son chiffre d'affaires et d'atteindre ainsi les 3 milliards €, dont 1 milliard en services. Le plan vise à donner au groupe la crédibilité nécessaire dans cinq régions-clés en Europe - Benelux, France, Italie, Espagne et Allemagne -, notamment à travers une politique volontariste de croissance externe. En 2013, Econocom a ainsi finalisé l'acquisition d'Osiatis, un acteur majeur du service et de l'applicatif, ce qui lui confère une taille conséquente dans le domaine des services numériques avec plus de 8.000 collaborateurs présents dans 20 pays et un chiffre d'affaires qui s'élève dorénavant à 2 milliards €.

... mais réaliste
"Si certaines de ces offres de services numériques sont opérationnelles, d'autres sont encore en chantier", préciseFiamma Ferrero, Directrice des Activités Digitales, de l’Innovation et du Développement Stratégique d'Econocom. Il en va ainsi des démarches de réflexion et de réalisation de projets "Smarter Cities" menés conjointement par Econocom et certaines métropoles ambitieuses comme Lyon, Paris, ou Turin qui se sont engagées dans des initiatives - des "laboratoires vivants", comme l'expérience "Paris Region Lab" - réunissant des startups et de grandes entreprises susceptibles de nourrir la smart city et où Econocom peut jouer le rôle de point de contact unique.

Luxembourg, hub logistique
"Que cherchent les clients pour implanter durablement leurs opérations logistiques au Luxembourg?" interrogeDamien Heiss, Directeur du Segment de Marché Industrie. "Des infrastructures, des services configurables, des compétences à valeur ajoutée, des interlocuteurs agiles, des dispositifs de 'green logistics', et surtout la conformité réglementaire ainsi que les infrastructures ICT qui permettent de supporter l'ensemble de ces enjeux". Econocom entend bien contribuer au développement de la logistique au Grand-Duché, en faisant de son expertise dans les services numériques la pierre angulaire du hub logistique européen que le Luxembourg entend bâtir.

En effet, voici quelques semaines, le Conseil de gouvernement a décidé la mise en place au Luxembourg, d'ici 2018, d’un Guichet unique électronique pour le commerce international et la logistique. Ce guichet - "Single Window for Logistics" - permettra à tout opérateur économique, faisant du commerce international à travers la plate-forme logistique luxembourgeoise, de profiter d’une réduction de la durée de traitement de ses dossiers et d’une meilleure prévisibilité des flux de ses marchandises lui procurant ainsi des gains appréciables en matière de productivité et de compétitivité. L’offre de services du guichet renforcera la compétitivité des acteurs économiques locaux et constituera un argument de poids pour attirer de nouveaux opérateurs logistiques au Luxembourg. Le guichet visera notamment à simplifier, dématérialiser et automatiser les procédures administratives, à standardiser et harmoniser les documents en vue des contrôles et à créer une interface unique et centralisée pour recevoir, traiter, diffuser et stocker les flux de données des opérateurs économiques. Damien Heiss en est persuadé: Econocom détient des atouts pertinents pour accompagner le Luxembourg dans cette stratégie ambitieuse et aider le pays à devenir "The Place to Be" logistique en Europe.

Les établissements de santé à l’ère numérique
"En matière de soins de santé, ce qui importe, c'est le patient", rappelle Cyrille Roy, Directeur du Segment de Marché Santé/Pharma chez Econocom. Les solutions d’intégration d’équipements numériques pour les hôpitaux et cliniques développées par Econocom se fondent donc sur les défis auxquels sont confrontés les acteurs du secteur de la santé: il s'agit d'améliorer et de sécuriser les soins apportés aux patients, ainsi que d'en améliorer l'efficience en termes de temps et de coût. Pour ce faire, il importe de soigner l'attractivité de l'hôpital, tant vis-à-vis des patients que des professionnels appelés à y exercer.

Cela passe par des solutions d’accueil, d’orientation, d'information et de divertissement - "Clinical Infotainment" - qui permettent parallèlement d'accéder, de mettre à jour et d'enrichir à tout moment les données du patient partout dans l’établissement et ce, de manière sécurisée, précise Cyrille Roy. La "digitalisation du bloc opératoire" permet quant à elle d'optimiser le planning et d'augmenter le volume des interventions pour une activité qui représente quelque 60% du revenu des hôpitaux, tandis que le recours à la "chambre revalidante", associée à la médecine ambulatoire, contribue à raccourcir les durées de séjour tout en améliorant le confort, la mobilité et l’autonomie du patient.

Econocom au Luxembourg
Econocom PSF entend bien incarner la relation privilégiée entre un gouvernement ayant fait le choix stratégique de miser sur le développement du secteur ICT et un acteur du monde digital capable de lui fournir une solution construite de bout en bout, depuis le composant électronique jusqu'à la solution financière, explique Marco Stacchiotti, Directeur d'Econocom PSF SA.

Forte aujourd'hui d'une vingtaine de collaborateurs et générant un chiffre d'affaires de près de 15 millions €, la filiale luxembourgeoise a pour objectif de déployer de plus en plus de capacités au Grand-Duché, sur base du modèle de transformation du groupe Econocom en société de services.
    
Dorénavant, les solutions sont vendues aux clients - de la logistique au médical, en passant par la finance - comme autant de services qui sont ensuite "managés" par Econocom, pour que ces clients puissent se concentrer sur leur métier. Les "Managed Services" proposés par Econocom reposent sur des solutions sur mesure construites sur un canevas et adaptées aux besoins de chacun.

En tant que Professionnel du Secteur Financier, Econocom PSF a développé les capacités nécessaires pour intégrer la régulation et les contraintes réglementaires, évaluer et gérer les risques, et fournir à ses clients des services de qualité qui commencent à franchir les limites du territoire luxembourgeois et à s'exporter dans la Grande Région.

Michaël Renotte

Aucun commentaire:

Publier un commentaire