samedi 1 mars 2014

Adopter une approche collaborative pour définir la qualité des données

A lire sur: http://www.informatica.com/fr/potential-at-work/information-leaders/take-a-collaborative-approach-to-defining-data-quality.aspx

undefined

Barbara Latulippe, cadre supérieur chez EMC, explique l'importance de l'étroite collaboration au sein de l'entreprise afin de comprendre qui utilise les données et de quelle façon.

Barbara Latulippe, Senor Director of Enterprise Data Governance chez EMC, a participé à « Potential at Work » et évoqué ses efforts visant à développer une feuille de route de qualité et de gouvernance des données à l'échelle de l'entreprise. Elle préconise l'adoption d'une approche collaborative et cohérente pour définir la qualité des données et souligne la nécessité d'une coopération entre toutes les divisions, et pas uniquement entre le service informatique et chaque division opérationnelle. Forte d'une expérience pratique de plus de 25 ans des applications d'entreprise et de gestion des données de référence, elle sait assurément de quoi elle parle.
Comment les Responsables Informations peuvent-ils collaborer avec différentes personnes au sein de leur entreprise pour parvenir à une définition de la qualité des données ? 
Barbara Latulippe : Nous utilisons ce que nous appelons des Conseils de gouvernance des informations qui incluent une participation interfonctionnelle et à travers l'ensemble des divisions opérationnelles. Nous avons collaboré pour parvenir à des définitions communes pour tous les attributs d'entreprise et une fois ces définitions contrôlées et approuvées, nous les avons incluses dans notre glossaire métier. Nous disposons à présent de définitions communes qui ont été approuvées par le Conseil de gouvernance et dont la modification est sujette à son contrôle. Si quelqu'un souhaite proposer d'ajouter des valeurs à un champ particulier ou d'utiliser le champ différemment, il doit soumettre une proposition commerciale et une évaluation de l'impact financier au Conseil de gouvernance.
Avez-vous été confrontée à des conflits dus à différentes définitions de la qualité des données ?
Barbara Latulippe : Les consommateurs de données sont contraints de discuter avec les créateurs de données. Je pense que cela a permis de beaucoup mieux comprendre comment les données sont utilisées dans les différents processus métiers qui les consomment. Souvent, ces équipes n'ont encore jamais travaillé ensemble. Dans les cas où un conflit ne peut vraiment pas être résolu, on ajoute généralement un champ de données. Ce qui est important, c'est de suivre le mouvement des données au sein de l'entreprise et d'en déterminer le coût.
Par exemple, nous avons analysé le coût des implications de l'absence d'un code postal. Nous avons constaté que tous les applications n'imposaient pas la saisie du code postal dans leur modèle de données ou leurs écrans de saisie des données. Le Conseil a suivi les flux de processus de bout en bout et a constaté que l'absence de ce point de données avait un impact considérable sur la société. Par conséquent, il s'agit désormais d'un champ obligatoire dans le monde entier qui est vérifié en temps réel au point d'entrée.
Dans vos Conseils de gouvernance, des personnes issues de différentes divisions collaborent pour définir la qualité des données. Le même ensemble de données peut-il avoir plusieurs définitions de la qualité des données ?
Barbara Latulippe : Cela dépend du cycle de vie des données et de ce que le consommateur définit comme une bonne qualité des données. Les besoins du service marketing sont différents de ceux des utilisateurs qui cherchent à remplir une commande dans un système CRM. L'avancement des données dans leur cycle de vie de consommation définira le niveau de qualité nécessaire pour chaque attribut. Les attentes en termes de qualité des données sont plus élevées au fur et à mesure que vous avancez dans le cycle de vie (en passant du niveau campagne au niveau conservation) ainsi que le nombre d'attributs consommés.
Voulez-vous permettre aux utilisateurs métiers de votre entreprise de partager la responsabilité de la qualité et de la gouvernance des données ? Vous pourriez envisager d'obtenir unecertification en qualité des données au niveau qui correspond le mieux à votre rôle.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire