mercredi 17 juillet 2013

Où en est-on en matière de datavisualisation ?

A lire sur:  http://www.bigdataparis.com/article-julien-daubert-panasyuk.php


Par Julien Daubert-Panasyukcofondateur et directeur marketing de 10h11.

Nous entendons parler de Datavisualisation depuis maintenant plusieurs mois. Ce phénomène prend racine dans le traitement de la donnée complexe. Infographie sur les réseaux sociaux, design innovant et interactif sur internet, les productions se multiplient et nous ne connaissons pourtant pas encore précisément ce mouvement. Julien Daubert-Panasyuk revient vers nous pour nous introduire cette spécialité et éclaircir notre compréhension liée à ce nouvel acteur du Big Data !


1/ En quoi la datavisualisation entre-t-elle dans le champ du Big Data ?

En cohérence avec la montée en puissance du Big Data, les entreprises ont commencé à se demander comment améliorer l’information et la communication par rapport à ce phénomène. Nous savions exploiter des bases de données, les croiser en grand nombre, mais le rendu visuel manquait souvent d’interactivité et d’approche pédagogique pour répondre aux besoins de l’ensemble des corps de métiers qui gravite autour du Big Data. La force de la donnée est qu’elle est un langage universel, encore fallait-il arriver à pouvoir l’exprimer, la simplifier et la rendre compréhensible. Au départ du Big Data, le traitement de l’information coûtait cher et la question de son esthétique ou de son interactivité n’était pas admise. Aujourd’hui, le coût d’exploitation de la donnée a considérablement chuté et notre capacité de stockage n’a cessé de croître ! Finalement le marché du Big Data est arrivé à une première maturité lui permettant d’accueillir un niveau de détails plus important tel que la visualisation de données, dans son approche esthétique comme dans son interactivité.
  

2/ On voit passer des infographies, des visualisations interactives, des prototypes… Quels sont les différents types de datavisualisation ? Finalement, comment savoir qu’est-ce qu’une datavisualisation ?

Le champ est large ! On prend souvent en exemple David Mccandless pour ses réalisations et ses ouvrages au design percutant. Si nous remontons le temps, on se rend compte que la datavisualisation a commencé bien avant. Nous pouvons prendre par exemple la création de la première timeline, en 1753, par Jacques Barbeu-Dubourg, ou encore le premier tableau paléométrique en 1782 qui permettait de visualiser et de comparer les différentes tailles des villes au XVIIIe siècle. Disons qu’une datavisualisation est simplement l’expression de la donnée par une représentation visuelle. C’est dans le contexte, l’efficience et la subtilité de la représentation visuelle que se trouvent l’intérêt et la rentabilité de ce secteur d’activité. Il est vrai que l’infographie rentre dans le champ de la visualisation de données, car elle exploite des informations de manière ludique pour son lecteur, mais nous parlerons de datavisualisation essentiellement dans des productions web, interactives, et qui apportent une valeur d’usage dans l’expression de la donnée. L’innovation se trouve dans la valeur d’usage pour l’utilisateur.


3/ Quels sont les objectifs d’une visualisation de données ? Comment qualifieriez-vous ce nouveau besoin ?

Au cours des dernières années, nous avons vu naître plusieurs mouvements dans l’information et la communication sur internet. Dans les années 2000, il fallait simplement être sur internet, avoir un site pour être visible. Un peu plus tard, les entreprises se sont intéressées aux questions de ranking, il fallait être sur internet et être n°1 sur les moteurs de recherche. En réponse à cette problématique, nous avons vu fleurir des sites médias pour de nombreuses marques, les entreprises sont devenues leur propre producteur de contenus multimédias (articles, photos, vidéos, blogs…). À l’heure actuelle, les entreprises doivent comprendre comment valoriser l’ensemble de ces contenus producteurs de données auprès de leur public cible comme en interne auprès de la hiérarchie. La visualisation de données répond à ce double enjeu. Nous ne cessons de produire du contenu et nous savons le mesurer : il faut désormais en faire une synthèse efficiente. Phénomène amplifié par la crise économique, beaucoup d’entreprises ressentent le besoin de valoriser leur productivité par la donnée : c’est l’objectif de la datavisualisation !


4/ Comment envisagez-vous l’avenir de cette profession ?

La problématique du Big Data va continuer à se développer dans les entreprises. Comprendre le fonctionnement de son organisation de manière pragmatique, par la donnée, est l’objectif de l’informatique. Il ne faut pas tomber dans la vision Big Brother, simplement comprendre ce que nous sommes en train de faire avec nos outils de mesure et nos flux de données. La visualisation permet de voir les données autrement et de gagner du temps dans sa compréhension. Son futur se trouve dans notre capacité à croiser les données et à les rendre visuellement consultables sur tout type de support en mobilité. La visualisation de données doit servir l’aide à la décision et la prévision à toute échelle de notre société. Lorsque nous observons l’évolution de l’utilisation de la donnée cartographique des 3 dernières années, nous nous rendons bien compte que d’autres secteurs d’activités vont être réinventés avec la même pertinence visuelle parce que la technologie détient aujourd’hui la capacité à retranscrire nos données pour qu’elles répondent aux plaisirs de nos yeux comme aux volontés de notre corps.


Quelques information sur l’auteur :

"My personnal business goal is to imagine and work out the communication strategy.

Nowadays, I’m focused on datavisualisation, an innovative processing aimed to help the companies having need in the Big Data.

I teach digital communication and data visualization at Bordeaux University and private schools (BEM, ESCEN).

I enjoy talking about datavisualisation."

Aucun commentaire:

Publier un commentaire