mardi 29 avril 2014

Circuits électroniques transparents, fins et souples adaptables à différents types de surfaces

A lire sur: http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/75728.htm

Le Dr. Giovanni A. Salvatore et Niko Münzenrieder, chercheur postdoctoral, développent de nouveaux types de circuits électroniques au sein du Laboratoire d'électronique de l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (ETHZ), dirigé par le professeur Gerhard Tröster. Ceux-ci peuvent adhérer à différents types de surfaces tout en restant flexibles, adaptables, légers et, si nécessaire, transparents.

Suite à ses recherches depuis plusieurs années sur la flexibilité des composants électroniques tels que les transistors ou les capteurs, l'équipe de recherche cherche à développer des éléments qui s'appliqueraient sur la peau, sur des textiles ou d'autres surfaces afin de créer des objets intelligents permettant de surveiller diverses fonctions corporelles. La procédure de fabrication de ces circuits électroniques à couche mince a nécessité seulement une année de développement. Une fine couche de parylène, film polymère biocompatible, d'un micromètre d'épaisseur maximum est déposée en phase gazeuse sur une rondelle de silicium déjà protégée par un film soluble. Les composants électroniques et les circuits conducteurs sont réalisés avec les composés habituels et posés sur la couche de parylène. Une fois l'ensemble déposé dans l'eau, la dissolution du film soluble permet de séparer la rondelle de silicium du circuit électronique attaché à la couche de parylène. Cet ensemble circuit électronique + parylène peut ensuite être appliqué sur divers supports (feuille de ficus, peau, lentille de contact, textile) et en être retiré facilement. Bien que les transistors soient moins souples car en céramique, le circuit électronique reste encore fonctionnel pour des applications avec un rayon de courbure de seulement 50 micromètres.

Parmi les évolutions envisagées, l'équipe espère développer, grâce à ces circuits électroniques à couche mince, des lentilles de contact intelligentes qui permettraient de connaître le risque de glaucome en mesurant la pression intraoculaire. Pour cela, plusieurs obstacles doivent encore être surmontés avant une future commercialisation, tels que l'environnement oculaire aqueux qui empêche une parfaite adhésion de la couche-mince avec la lentille ou le besoin d'énergie du circuit électronique afin de fonctionner.
Pour en savoir plus, contacts : Laboratoire d'électronique (IfE) de l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (ETHZ) - http://www.ife.ee.ethz.ch/
Code brève, ADIT : 75728
Sources :
- "Eye-catching electronics" - ETH News (en anglais) - RUEGG Peter - 07/01/2014 - http://redirectix.bulletins-electroniques.com/wEvex
- "Wafer-scale design of lightweight and transparent electronics that wraps around hairs" - Nature Communications, Article 2982 (en anglais) - Giovanni A. Salvatore, Niko Münzenrieder, Thomas Kinkeldei, Luisa Petti, Christoph Zysset, Ivo Strebel, Lars Büthe & Gerhard Tröster - 07/01/2014 - http://redirectix.bulletins-electroniques.com/uqNiT
Rédacteurs :
Eloïse Capéran - eloise(point)caperan(arobase)diplomatie(point)gouv(point)fr
Origine : BE Suisse numéro 34 (17/04/2014) - Ambassade de France en Suisse / ADIT - http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/75728.htm

Aucun commentaire:

Publier un commentaire